Nous allons illustrer notre propos avec des équipements que l’on retrouve dans la plupart des nouvelles constructions: Les volets roulants. Beaucoup de menuiseries intègrent des volets roulants électrique à commande sans fil. Le système électronique est intégré au moteur. L’électricien a juste besoin de connecter le volet roulant au secteur. Un gain de temps pour lui. Mais est-ce vraiment intéressant pour le propriétaire?

En fait non, pour la simple raison que l’on doit penser la maison dans une optique de fiabilité. Et cela passe par une installation qui propose des alternatives en cas de dysfonctionnement. Dans le cas de volets roulants radio on ne répond pas à cet impératif. L’électronique de gestion est embarqué au niveau du moteur. De ce fait si on à un problème, on sera obligé de faire un intervention importante pour changer le moteur en panne. Et si on a de la chance qu’il s’agisse d’un défaut de jeunesse, on pourra toujours faire jouer la garantie. Et le moteur sera remplacé et l’interopérabilité sera garanti. Par contre si défaut intervient dans les cinq voire sept ans après la mise en service, les risques et les coûts seront plus élevés.  Risque de perdre l’interopérabilité ( donc télécommande supplémentaire ), et coût de remplacement plus cher. Sur une base KNX, les volets roulants sont filaires, sans électronique. Si les modules de commandes dans l’armoire électrique tombent en panne ou sont vieillissants, il est très facile de les changer. Et ce quelque soit le moment dans le vie de la maison. Le protocole KNX est un standard, une norme adoptée par de nombreux fabricants.  Et donc ce que l’on ne retrouve plus chez l’un est disponible chez un autre. CQDF.

Mais je vois que je n’ai pas répondu à la question! KNX moins cher ou plus cher? Si l’on doit piloter que deux ou trois volets, l’option KNX sera bien évidement trop cher.  Par contre, à partir de huit volets roulants, le choix de ce protocole domotique devient intéressant.